Amarjeet Sohi

Your member of parliament for


Edmonton Mill Woods

Amarjeet Sohi

Your member of parliament for


Edmonton Mill Woods

Menu

News Release: Employment Insurance Improvements Taking Effect to Support Edmonton’s Families

News Release

For Immediate Release

Employment Insurance Improvements Taking Effect to Support Edmonton’s Families

EDMONTON – This month, the changes to the Employment Insurance (EI) program came into effect, bringing with them support for those Canadians most affected by the slowdown in the economy. Alberta and the region of Edmonton have been particularly affected by job losses and that is why the Government of Canada decided to bring in these modifications to EI in order to better support families and the middle class during this difficult time. New measures are now in effect that will make more Canadians eligible for support, simplify job-search rules, and provide more help for people impacted by the commodities sector downturn.

The changes include:

  • The elimination of EI eligibility requirements for new entrants and re-entrants. Instead of having to accumulate 910 hours of insurable employment, claimants newly entering the workforce or returning after an absence of two or more years must now meet the same eligibility requirements as other claimants in the economic region where they live.
  • Job search responsibilities for EI claimants have been simplified. Rules enacted in 2012 forcing unemployed workers to commute farther or take lower-paying jobs have been reversed.
  • 15 regions in Canada have been identified to receive extended EI regular benefits. Albertans in the regions of Edmonton, and in the north and south of Alberta the hardest hit by the commodities downturn have started to receive extended benefits. This measure will give them more time to get back on their feet and support their family as they look for a job.

 

Quotes

“I am very happy with the measures our government has taken to better support workers going through a difficult time and that after monitoring the situation, our government added Edmonton to the regions eligible for extended Employment Insurance benefits. We stand side-by-side with Albertans in this difficult time and we will continue to support our communities through all the tools at our disposal.”

–The Honourable Amarjeet Sohi, Minister of Infrastructure and Communities and Member of Parliament for Edmonton Mill Woods.

 

Quick Facts

  • Budget 2016 will provide $2.7 billion over the next two years for improvements to EI to help Canadians across the country.
  • The elimination of the new entrant and re-entrant rules is expected to benefit approximately 50,000 Canadians who claim EI annually across Canada.
  • Eligible claimants in 15 economic regions where EI benefits were extended are eligible for an additional 5 weeks of EI regular benefits, up to a maximum of 50 weeks. Up to an additional 20 weeks of EI regular benefits is also available to long-tenured workers, up to a maximum of 70 weeks.This measure will help provide approximately 235,000 workers with financial stability until they find new employment, with up to $13,000 per worker.
  • The extension of Work-Sharing agreements, in effect as of April 1, 2016, is expected to benefit up to 33,000 additional workers across Canada, and help companies keep their workforce stable as commodity prices rebound.

 

Associated Links

EI Changes 2016

Budget 2016

 

– 30 –

 


Backgrounder


Improving Employment Insurance for the Middle Class

Canada’s Employment Insurance (EI) program provides economic security to Canadians when they need it most. For some, help is needed because they have lost their job through no fault of their own. For others, extra support is required because they are out of the workforce due to illness, to provide care to a newborn or newly adopted child, or provide care for a loved one. Whatever the circumstance, no Canadian should struggle to get the assistance they need.

To better make sure that Canadians get the help they need, when they need it, the Government is taking immediate action to improve Employment Insurance. This includes:

Expanding access to EI for new entrants and re-entrants

Many new workers—such as young Canadians and recent immigrants—find it difficult to access EI support. At present, new entrants and re-entrants to the labour market must accumulate at least 910 hours of insurable employment before being eligible for EI regular benefits. Budget 2016 proposed to amend the rules to eliminate the higher EI eligibility requirements that restrict access for new entrants and re-entrants to the labour market. With these changes, new entrants and re-entrants now face the same eligibility requirements as other claimants in the region where they live (between 420 hours to 700 hours of insurable employment). An estimated 50,000 additional claimants will become eligible for EI benefits as a result of this measure, which took effect on July 3, 2016.

Simplifying job search responsibilities for EI claimants

In 2012, changes were made to the EI program to specify the type of jobs that unemployed workers are expected to search for and accept. For some claimants, this has meant having to accept work at lower rates of pay and with longer commuting times. Budget 2016 proposed to reverse those changes that strictly define the job search responsibilities of unemployed workers.  The measure took effect as of July 3, 2016. The Government will also ensure that there are fair and flexible supports to assist EI claimants train for and find new employment.

Extending EI regular benefits in affected regions

Dramatic declines in global commodity prices since late 2014 have produced sharp and sustained unemployment shocks in commodity-based regions. In response, Budget 2016 proposed to make temporary legislative changes to extend the duration of EI regular benefits by 5 weeks, up to a maximum of 50 weeks of benefits.  These benefits will be available to eligible claimants in the 15 EI economic regions that have experienced the sharpest and most severe increases in unemployment. As previously announced, the assessment concluded in May 2016 and no further regions will be added.

As of July 3, 2016, extended benefits are available for one year, with the measure being applied to all eligible claims as of January 4, 2015.

Budget 2016 also proposed to make legislative changes to offer up to an additional 20 weeks of EI regular benefits to long-tenured workers in the same 15 EI economic regions, up to a maximum of 70 weeks of benefits.

Extended benefits for long-tenured workers are also available for one year as of July 3, 2016, with the measure being applied to all eligible claims as of January 4, 2015. This measure will ensure that long-tenured workers, who may have spent years working in one industry or for one employer, have the financial support they need while they search for work, possibly in an entirely different industry and/or acquire the skills necessary to change career.

New Working While on Claim pilot project

The Working While on Claim pilot project helps individuals stay connected to the labour market by ensuring that claimants always benefit from accepting work. Under the current pilot, claimants can keep 50 cents of their EI benefits for every dollar they earn, up to a maximum of 90 per cent of the weekly insurable earnings used to calculate their EI benefit amount. Budget 2016 proposed a new EI Working While on Claim pilot project until August 2018. The new pilot will allow time for further assessment to ensure the program works for Canadians. Under the new pilot, in effect on August 7, 2016, all claimants will be able to choose between the rules of the current pilot or the rules of an earlier pilot applied to their claims, depending on what is most favourable to the individual.

Reducing the EI waiting period from two weeks to one

Under the EI program, claimants must currently serve a two-week waiting period. This waiting period acts like the deductible that must be paid for other types of insurance. The Budget Implementation Act of 2016 made legislative changes to reduce the EI waiting period from two weeks to one week, effective January 1, 2017. Shortening the waiting period is expected to ease the financial strain for EI claimants at the front-end of a claim and will put an additional $650 million in the pockets of Canadians annually beginning next year.

Extending the maximum duration of Work-Sharing agreements

Work-Sharing helps employers and employees avoid layoffs when there is a temporary reduction in the normal level of business activity that is beyond the control of the employer. Work-Sharing provides income support to employees eligible for EI benefits who work a temporarily reduced work schedule while their employer recovers.

As outlined in Budget 2016, the maximum duration of Work-Sharing agreements for employers across Canada affected by the downturn in the commodities sector was extended from 38 weeks to 76 weeks as of April 1, 2016. Active agreements signed on, or after, July 12, 2015 will be eligible for an additional extension of up to 38 weeks, to bring the maximum agreement length to a total of 76 weeks.

Making EI service delivery more responsive

Between December 2014 and December 2015, EI claims increased 7.8 per cent and the number of EI beneficiaries increased 7.3 per cent nationally. To ensure that Canadians get timely access to the benefits to which they are entitled, Budget 2016 proposed to provide $19 million in 2016–17 to enable Service Canada to meet the increased demand for EI claims processing, and offer better support to Canadians as they search for new employment.

Enhancing access to EI call centres

EI Call Centre agents provide support to Canadians who require assistance to submit EI claim information or need to check the status of their EI claims. Budget 2016 proposed to invest $73 million over two years, starting in 2016–17, to improve access to EI Call Centres. This investment will increase the number of call centre agents, which will reduce waiting times and ensure that Canadians can access the information and support they need to receive their EI benefits as quickly as possible.

Strengthening the integrity of the EI program

Canadians expect sound stewardship and accountability of the EI program, which is funded through premiums paid by employers and workers. To ensure that benefits help those in need, Budget 2016 proposed to direct $21 million over three years, starting in 2016–17, to promote compliance with program rules.

The Government is also currently conducting the EI Service Quality Review, a nationwide consultation process with key stakeholders and the public to seek their input on ways to improve services to EI claimants.

In addition, Budget 2016 further committed the government to improving EI by making Compassionate Care Benefits more flexible, more inclusive and easier to access and providing more flexibility in parental leave benefits to accommodate unique family and work situations.

 


 

Communiqué  

Pour diffusion immédiate

Entrée en vigueur des améliorations au régime d’assurance-emploi pour soutenir les familles d’Edmonton

EDMONTON – Ce mois-ci, les changements au régime d’assurance-emploi sont entrées en vigueur, apportant ainsi un soutien accru aux Canadiens qui sont le plus affectés par le ralentissement économique. L’Alberta et la région d’Edmonton ont été particulièrement touchées par des pertes d’emploi importantes et c’est pourquoi le gouvernement du Canada a décidé d’apporter des modifications au programme pour mieux soutenir les familles de la classe moyenne à passer à travers cette période difficile. Ce nouvelles mesures rendront un plus grand nombre de Canadiens admissibles à du soutien, simplifieront les règles relatives à la recherche d’emploi et offriront plus d’aide aux personnes touchées par le ralentissement de l’activité dans le secteur des produits de base.

Les modifications comprennent :

  • L’élimination des critères d’admissibilité pour les personnes qui deviennent ou redeviennent membres de la population active. Au lieu d’être tenus d’accumuler 910 heures d’emploi assurable pour être admissibles aux prestations, les prestataires qui deviennent membres de la population active ou qui en redeviennent membres après une absence de deux ans ou plus devront dorénavant satisfaire aux mêmes critères d’admissibilité que les autres prestataires de la région économique dans laquelle ils vivent.
  • La simplification des responsabilités en matière de recherche d’emploi pour les prestataires de l’assurance-emploi seront simplifiées. Les règles adoptées en 2012 pour forcer les travailleurs sans emploi à accepter des emplois éloignés à bas salaire ont été annulées.
  • L’identification de 15 régions du pays qui verront leur période de prestations allongée. Ainsi, les Albertains des régions d’Edmonton, du sud et du nord de l’Alberta – qui sont parmi les plus touchées par le ralentissement de l’activité dans le secteur des produits de base – ont commencé à bénéficier d’une période prolongée de prestations. Cette mesure leur donnera un peu plus de temps pour retomber sur leurs pieds et soutenir leur famille pendant leur recherche d’emploi.

 

Citation

« Je suis très heureux des mesures que notre gouvernement a prises pour mieux soutenir les travailleurs traversant une période difficile et je suis satisfait qu’après avoir suivi de près l’évolution de la situation, notre gouvernement ait ajouté Edmonton aux régions admissibles à l’extension de la période de prestations. Nous sommes aux côté des Albertains en cette période difficile et nous allons continuer de soutenir nos collectivités de toutes les manières qui sont à notre disposition. »

– L’honorable Amarjeet Sohi, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités et député d’Edmonton Mill Woods

 

Les faits en bref

  • Dans le budget de 2016, le gouvernement a prévu un investissement de 2,7 milliards de dollars au cours des deux prochaines années pour améliorer l’assurance-emploi afin d’aider les Canadiens dans l’ensemble du pays.
  • Chaque année, dans tout le Canada, environ 50 000 Canadiens qui demandent des prestations d’assurance-emploi devraient tirer avantage de l’élimination des règles concernant les personnes qui deviennent ou redeviennent membres de la population active.
  • Les prestataires admissibles des 15 régions économiques où la période de prestations de l’assurance-emploi a été prolongée pourront bénéficier de cinq semaines supplémentaires de prestations régulières d’assurance-emploi, jusqu’à concurrence de 50 semaines. Les travailleurs de longue date bénéficieront d’un maximum de 20 semaines additionnelles de prestations régulières d’assurance-emploi, jusqu’à concurrence de 70 semaines. Cette mesure assurera à quelque 235 000 travailleurs une stabilité financière jusqu’à ce qu’ils trouvent un emploi, en offrant une somme allant jusqu’à 13 000 $ par travailleur.
  • Dans tout le Canada, jusqu’à 33 000 autres travailleurs devraient tirer avantage de la prolongation des accords de travail partagé, qui est entrée en vigueur le 1eravril 2016; cela devrait également aider les entreprises à conserver une main-d’œuvre stable lorsque les prix des produits de base remonteront.

 

Liens connexes

Changements apportés à l’assurance-emploi en 2016
Le budget de 2016

 

– 30 –

 


Document d’information


BUDGET DE 2016 : Améliorer l’assurance-emploi

Le régime de l’assurance-emploi du Canada offre une sécurité économique aux Canadiens lorsqu’ils en ont le plus besoin. Certains ont besoin d’aide parce qu’ils ont perdu leur emploi pour des raisons indépendantes de leur volonté. D’autres ont besoin d’un soutien supplémentaire parce qu’ils ont quitté la population active parce qu’ils sont malades, pour prendre soin d’un nouveau-né ou d’un enfant qu’ils viennent d’adopter, ou pour prendre soin d’un être cher. Peu importe les circonstances, aucun Canadien ne devrait avoir de la difficulté à obtenir l’aide dont il a besoin.

Pour mieux veiller à ce que les Canadiens obtiennent l’aide dont ils ont besoin, et au moment où ils en ont besoin, le gouvernement prend des mesures immédiates pour améliorer l’assurance-emploi. Cela comprend :

Élargir l’accès à l’assurance-emploi pour les personnes qui deviennent ou redeviennent membres de la population active

Beaucoup de nouveaux travailleurs, comme les jeunes Canadiens et les immigrants récents, ont de la difficulté à accéder au soutien en matière d’assurance-emploi. À l’heure actuelle, les personnes qui deviennent ou redeviennent membres de la population active doivent accumuler au moins 910 heures de rémunération assurable avant d’avoir droit aux prestations régulières d’assurance-emploi. Le budget de 2016 proposait d’éliminer ces exigences d’admissibilité plus élevées qui limitent l’accès de cette catégorie de demandeurs au marché du travail. À la suite de ce changement, les personnes qui deviennent ou redeviennent membres de la population active seront assujetties aux mêmes exigences d’admissibilité que les autres demandeurs de la région où ils habitent (elles devront avoir accumulé entre 420 et 700 heures de rémunération assurable). On estime que 50 000 personnes supplémentaires deviendront admissibles aux prestations d’assurance-emploi en raison de cette mesure, qui entrera en vigueur le 3 juillet 2016.

Simplifier les responsabilités en matière de recherche d’emploi pour les prestataires d’assurance-emploi

En 2012, des changements apportés au programme d’assurance-emploi ont précisé les attentes quant aux types d’emplois que les chômeurs devaient chercher et accepter. Pour certains prestataires, cette situation les a obligés à accepter du travail présentant un taux de rémunération plus bas et exigeant des déplacements plus longs. Le budget de 2016 proposait d’annuler ces changements qui définissent de façon stricte les responsabilités en matière de recherche d’emploi des chômeurs. La mesure est entrée en vigueur le 3 juillet 2016. Le gouvernement veillera également à la mise en place de mesures de soutien équitables et souples pour aider les prestataires d’assurance-emploi à obtenir une formation et à se trouver un nouvel emploi.

Prolonger les prestations régulières d’assurance-emploi dans les régions touchées

La chute des cours mondiaux des produits de base depuis la fin de 2014 a généré des chocs marqués et prolongés sur le marché de l’emploi dans les régions où l’économie est axée sur les produits de base. En réaction à cette situation, le gouvernement a apporté des modifications législatives temporaires visant à prolonger la durée des prestations d’assurance-emploi de cinq semaines, jusqu’à concurrence de 50 semaines. Ces prestations seront offertes aux prestataires admissibles des 15 régions économiques de l’assurance-emploi qui ont connu les hausses de chômage les plus marquées. Comme il a été annoncé précédemment, l’évaluation s’est terminée en mai 2016, et aucune autre région ne sera ajoutée.

Ces prestations prolongées seront offertes pendant un an à compter du 3 juillet 2016, et cette mesure s’appliquera rétroactivement à toutes les demandes admissibles au 4 janvier 2015.

Le budget de 2016 proposait également d’adopter des modifications législatives afin d’offrir jusqu’à 20 semaines supplémentaires de prestations régulières d’assurance-emploi aux travailleurs de longue date des mêmes régions économiques de l’assurance-emploi, jusqu’à concurrence de 70 semaines de prestations.

Les prestations prolongées pour les travailleurs de longue date seront disponibles pendant un an à compter du 3 juillet 2016, et cette mesure s’appliquera rétroactivement à toutes les demandes admissibles au 4 janvier 2015. Cette mesure permettra aux travailleurs de longue date, qui peuvent avoir travaillé pendant de nombreuses années dans une seule industrie ou pour un seul employeur, d’obtenir le soutien financier nécessaire pendant qu’ils se cherchent du travail, possiblement dans un secteur complètement différent, ou pendant qu’ils acquièrent les compétences nécessaires pour changer de carrière.

Prolonger le projet pilote Travail pendant une période de prestations

Le projet pilote Travail pendant une période de prestations du programme d’assurance-emploi permet aux prestataires de demeurer en contact avec le marché du travail, en garantissant qu’ils sont toujours avantagés s’ils acceptent un travail. Aux termes du projet pilote actuel, les bénéficiaires peuvent conserver 50 cents de prestations d’assurance-emploi pour chaque dollar de gains d’emploi, jusqu’à concurrence de 90 % de la rémunération hebdomadaire assurable entrant dans le calcul de leurs prestations. Le budget de 2016 proposait d’élargir le projet pilote actuel Travail pendant une période de prestations et de le prolonger jusqu’en août 2018. Cette prolongation donnera plus de temps pour évaluer l’utilité du programme pour les Canadiens. Dans le cadre du nouveau projet pilote, qui entrera en vigueur le 7 août 2016, les prestataires admissibles pourront choisir de faire appliquer à l’ensemble de leurs demandes soit les règles du projet pilote actuel, soit les règles d’un projet pilote précédent, selon celles qui sont les plus avantageuses pour eux.

Réduire le délai de carence de l’assurance-emploi pour le faire passer de deux semaines à une semaine

Dans le cadre du programme d’assurance-emploi, les demandeurs doivent attendre deux semaines avant de pouvoir commencer à recevoir des prestations. Le délai de carence fait office de franchise à payer, comme c’est le cas pour d’autres types d’assurance. Afin de contribuer à réduire la période durant laquelle un demandeur se retrouve sans revenu, la loi d’exécution du budget de 2016 a modifié la loi de manière à faire passer le délai de carence des prestations d’assurance-emploi de deux semaines à une semaine à compter du 1er janvier 2017. La réduction du délai de carence devrait alléger le fardeau financier des prestataires au début de la période de chômage. De plus, cette mesure mettra 650 millions de dollars additionnels dans les poches des Canadiens chaque année, à compter de l’année prochaine.

Prolonger la durée maximale des accords de travail partagé

Le travail partagé permet aux employeurs et aux employés d’éviter les mises à pied lors d’une période de réduction temporaire du niveau normal des activités d’une entreprise, qui est hors du contrôle de l’employeur. Les accords de travail partagé offrent un soutien du revenu aux employés qui sont admissibles aux prestations d’assurance-emploi et dont l’horaire de travail a été réduit temporairement pendant que leur employeur redresse la situation.

Dans le budget de 2016, la durée des accords de travail partagé des employeurs canadiens touchés par la baisse du prix des produits de base a été prolongée. À compter du 1er avril 2016, elle passe de 38 à 76 semaines. Les accords en cours qui ont été signés le 12 juillet 2015 ou après pourront être prolongés de 38 semaines, pour une durée totale de 76 semaines.

Faire en sorte que les services d’assurance-emploi répondent mieux aux besoins

Entre décembre 2014 et décembre 2015, les demandes d’assurance-emploi ont augmenté de 7,8 % à l’échelle nationale, et le nombre de bénéficiaires a crû de 7,3 %. Pour veiller à ce que les Canadiens obtiennent en temps utile les prestations auxquelles ils ont droit, le budget de 2016 proposait d’octroyer 19 millions de dollars en 2016-2017 à Service Canada afin de lui permettre de répondre à la demande accrue associée au traitement des demandes d’assurance-emploi, et d’offrir un meilleur soutien aux Canadiens qui sont à la recherche d’un nouvel emploi.

Améliorer l’accès aux centres d’appels de l’assurance-emploi

Les agents des centres d’appels de l’assurance-emploi offrent un soutien aux Canadiens qui ont besoin d’aide pour soumettre des renseignements concernant une demande d’assurance-emploi ou qui souhaitent vérifier le statut de leur demande. Le budget de 2016 proposait d’investir 73 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2016-2017, pour améliorer l’accès aux centres d’appels de l’assurance-emploi. Cet investissement permettra d’accroître le nombre d’agents des centres d’appels, ce qui réduira les temps d’attente et fera en sorte que les Canadiens pourront accéder aux renseignements et au soutien requis pour recevoir leurs prestations d’assurance-emploi le plus rapidement possible.

Renforcer l’intégrité du régime d’assurance-emploi

Les Canadiens s’attendent à une saine gestion du régime d’assurance-emploi et à une reddition de comptes à l’égard de ce régime qui est financé par les cotisations versées par les employeurs et les travailleurs. Afin de garantir que les prestations aident ceux qui en ont besoin, le budget de 2016 proposait d’affecter 21 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2016-2017, pour favoriser la conformité aux règles du programme.